Archives pour la catégorie identité numérique

Les outils Web 2.0 de votre identité numérique

Présenté aujourd’hui à l’Université Paris 7 dans la cadre d’une journée d’étude destinée aux adhérents de l’ADBS (L’association des professionnels de l’information et de la documentation)
Quelques exemples à travers l’expérience des Explorateurs du Web.

Connaissez-vous votre « Web appeal » ou profil d’utilisateur du Web ?

Pour cela vous devrez répondre au questionnaire conçu par faberNovel, Orange Labs et le programme « Identités actives » de la Fing.

[Mise à jour du 20-10-2008] : L’étude, qui touche à des questions très personnelles, fait polémique sur la liste de diffusion des Explorateurs du Web. Les avis sont partagés quant au bien-fondé de l’étude et à la pertinence des résultats. Les commentaires de l’article « Pourquoi sommes-nous si impudiques » paru sur Internet Actu vous donneront un aperçu des échanges que nous avons eu à ce sujet.

Voici le mien ci-dessous : aventurier, mais… discret ! (prévoir quand-même 20 minutes…)

Profil web de Luc
Voir le résultat plein écran (Flash)

Olivier Gendrin au SocialMediaCamp : Web sémantique et portabilité des données personnelles

Social Media Camp - Lire la video
Lire la vidéo (Durée : 4 minutes) – Version QuickTime


Olivier Gendrin est intervenu le 23 février au Social Media Camp qui s’est déroulé à La Cantine à Paris pour aborder la question complexe du Web sémantique et de l’interopérabilité, ou « portabilité » des données, et notamment des données personnelles.

Si la complexité du Web sémantique tend à s’éclaircir grâce à ces initiatives, la question reste encore difficile d’accès pour la plupart des futurs utilisateurs.

Pour décoder ce résumé de présentation d’Olivier Gendrin, où intervient également Ori Pekelman, il convient de savoir interpréter un véritable jargon : wiki, sémantisation des liens, FOAF, SQL, ontologie, plugin WordPress, langage de requête, graphe RDF, spécification, W3C, Sparql, OpenID, DataPortability, OPML, microformats…

Difficile donc pour le simple utilisateur d’internet de saisir tout l’enjeu de la portabilité des données du Web !

Et pourtant, le web semble bien parti sur cette voie, notamment à travers le Web sémantique, et le modèle de description RDF (Resource Description Framework).

L’interprétation des données publiées sur le Web se heurte en effet à la nécessité de produire des données structurées. Une fois structurées, les données ne sont échangeables, donc « portables » (en français on dira plutôt « interopérables ») que si un standard commun d’échange des données stucturées a été préabablement défini.

De nombreuses initiatives tentent de simplifier petit à petit cette question complexe. Elles vont toutes dans le sens d’un web plus facilement interprétable, pour les programmes comme pour les utilisateurs.

C’est le cas par exemple de Sparkle, un récent standard d’interrogation de données structurées, dont les recommandations ont été publiées par le W3C le 15 janvier 2008.

L’intégration de ce standard de requêtage est facilitée par des outils comme SparqlPress, un plugin pour WordPress. C’est le fonctionnement de SparqlPress qu’Olivier Gendrin a pris pour illustrer sa présentation sur la portabilité des données.

En savoir plus :

Snorri Giorgetti, OpenID Europe

Apero OpenID

Rencontre avec Snorri Giorgetti, représentant Europe de l’OpenID Fundation à l’occasion d’une réunion de débriefing de l’OpenID Meeting qui s’est déroulé à Berlin le 6 novembre 2007.

(Durée 5 minutes)

Télécharger le fichier MP3

Réunion qui s’est déroulée en présence de Snorri Giorgetti, Christophe Ducamp, Olivier Auber, Jérémie Patonnier, Eve Moreau, Charles Népote et moi-même, Luc Legay.