Archives pour la catégorie innovation

Carrefour des possibles de la Fing à Marseille

Discours d’accueil par M. L. Oueslati (conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur), qui souhaite mobiliser dans sa région, tous les acteurs des technologies de l’information et de la communication : citoyens, universitaires, chercheurs et entrepreneurs. Afin de favoriser, dans la concertation, la mise en oeuvre et le développement de ces technologies.

Daniel Kaplan expose la thématique de cette 4e université de printemps de la Fing qui est de comprendre ce que les gens font avant de se dire : « nous avons un projet ensemble ». Et d’analyser toutes ces démarches individuelles qui deviennent ensuite des phénomènes collectifs.

Depuis la création de la Fing, début 2000, le socle sur lequel nous avons bâti l’objet de notre association à été modifié en profondeur. Notamment dans la façon dont la société s’est approprié les nouvelles technologies, et dans la manière dont elle transforme aujourd’hui les propositions qui lui sont faites. Aujourd’hui plus de 50% des français disent de servir d’internet. Avec une durée moyenne de 17 heures par mois.

C’est un véritable changement de comportement social qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire de notre société. Cela implique que nous devons changer notre manière de travailler et que nous devons revoir la place des utilisateurs de ces technologies. L’union européenne a enfin compris l’importance des questions de mise en accessibilité d’internet et de l’information.

En préambule aux deux projets, trois initiatives à suivre :
Apitux. Présenté par Jean-Christophe Becquet.
Des formateurs accompagnent une entreprise vers la mise en place et l’utilisation du logiciel libre. Apitux à conçu une exposition visuelle et pédagogique, expolibre.org qui à pour vocation d’expliquer au grand public ce qu’est le logiciel libre.

PACA Mobile Center. Présenté par Vincent Berge.
1 milliard de téléphones mobiles sur la planète, et 500 modèles différents. (source: Gartner)
L’initiative permet d’avoir accès à tous les modèles de téléphones existants. Une plate-forme et une base de connaissance permet de réaliser des tests de développement d’applications. 450 modèles de téléphone seront disponibles avant la fin de l’année. A partir de 6000 euros/an pour une PME de la région PACA.

3. Solidairenet.org, présenté par Florence Delahaye, met en place des services internet solidaires, basés sur l’entraide et la coopération. MarsNet est un exemple de réalisation collective d’outils libres et collaboratifs pour une économie solidaire. 10 bénévoles, 3 salariés, 100 projets accompagnés. http://solidairenet.org et http://marsnet.org

Les dix projets présentés ce soir à Marseille

1. Olivier Chappaz, les internautes associé(e)s.
Découverte néthique d’internet pour les séniors.
Externaliser le service en organisant un réseau de parainnage techno.
Bénévoles jeunes encadré par des coach professionnels.
Système de tour de garde entre parrains assistants.
Plateforme extranet spécifique pour la formation : calendrier et partage de ressources.

2. MailinBlack, Christophe Baralotto.
Plate-forme et solution pour éliminer les spams.
Principe : il n’existe pas de définition simple du spam.
Problème : les envois sont produits par des robots.
Solution : l’authentification des expéditeurs.
Avantage : pas d’admin, 100% des spams stoppés.
Si l’expéditeur n’est pas référencé dans le carnet d’adresse, le logiciel retourne un message pour authentifier l’humain.
Il s’agit d’un code d’authentification à saisir.
Etape valable une fois pour toutes.
Le destinataire peut récupérer tous ses mails bloqués (issus d’expéditeurs non-humains) en accédant au listing des mails bloqués.

3. Fédération France Wireless, Michel Memeteau et Pascal Rullier.
Monter des réseaux wifi ouverts dans les lieux publics. Réseau citoyen entre personnes.
Monter une infrastructure nationale et permettre aux utilisateurs de partager leur connexion.
Open WRT (développé à Berlin) permet d’interconnecter les points d’accès entre eux.
Accès au réseau local totalement libre (on peut partager ce que l’on veut), mais l’accès à l’Internet nécessite une authentification. On peut limiter aux adhérents identifiés.

4. Fon. Jean-Bernard Magescas.
Logiciel de partage de la connexion internet.
Le FAI Français Neuf Télécom a intégré le logiciel dans sa boite.
Promotion pour l’ouverture de l’internet. Ambition : plus d’un million de point d’accès en France à la fin de l’année.

5. Modulo. Emmanuel Fernandez.
Framework qui permet d’intégrer des logiciels entre eux. Pour faire interagir des logiciels indépendants. Multiplateforme.
Logiciel libre sous licence CECILL (droit français compatible GNU-linux)
Développé en Java. Composé d’une plateforme et de modules et des services qui permettent aux modules de communiquer entre eux.
Intégrer les différents logiciels dans la plateforme modulo. On retrouve alors toutes les applications dans une seule plateforme intégrée qui fait communiquer entre-eux les logiciels.

6. GeneCom générateur d’application télécoms, présenté par Marc Alcantara (Preceptel).
A partir d’une simple idée, avec un portable, développement d’une application pour téléphones mobiles.

7. Dotem. Présenté par Christian Martin (AlphaCode). (innovation déjà présentée au dernier Carrefour des possibles à Paris.)
Un code 2D lisible par téléphone portable. Permet de relier un document physique à une adresse internet, à des ressources en ligne. Code généré avec un traitement de texte par une police de caractères.

8. Tennis-plan.net. Présenté par Marc Chazaux. (le 300e projet inscrit au Carrefour des possibles.)
Concept : favoriser l’organisation de rencontres de tennis. En validant la compatibilité entre le niveau des joueurs et à travers un accès combinant internet (pour le CV) et le téléphone portable (pour le partage des disponibilités).
1. on met son CV de tennis.
2. on met ses disponibilité (peut être fait par le serveur vocal, pas nécessaire internet)
3. le système met en relation, en fonction des disponibilité et de la proximité des terrains.
4. le syst. informe les joueurs par internet ou par serveur vocal.
Permet de supprimer les frontières entre les clubs.
Le système utilise la proximétrie : procédé qui ne prend pas seulement en compte la proximité selon le rayon de la distance entre les terrains potentiels, mais les temps de distances entre chaque partenaires et les terrains de tennis.

9. Projet Dribble. Présenté par Vincent Bellet et Rodolphe Aoustin.
Système permettant de gérer sa consommation domestique au quotidien.
Vivire dans un environnement plus sain, en consommant moins d’énergie.
On influence le comportement de chacun pour obtenir un effet global.
Pédagogie et évaluation de la consommation de l’utilisateur. Simulation de l’impact de la consommation d’une personne au niveau global. Mieux consommer dans une maison plus saine. Visualisation de la conso d’énergie en fonction du temps avec comparaison de scénarios.

10. Cécile Guigny, présente le projet Play In C.
Basé sur l’oeuvre musicale de Terry Riley (1964) composée de 53 cellules mélodiques (qualifiées de « sample »). L’interprète peut répéter autant de fois qu’il le souhaite et dans l’ordre qu’il veut.
Le projet propose une interface de jeu qui capture la distance et la position de la main du musicien et permet d’interpréter à plusieurs l’oeuvre musicale. Il peut y avoir jusqu’à 56 musiciens, initiés ou non, à la pratique de la musique.

Prochains carrefours : le 5 juillet à Brest et le 28 septembre à Paris.

Atelier « réseaux sociaux » à l’Université de printemps de la Fing


Denis Pansu et Daniel Kaplan, originally uploaded by luc legay.

Intervention de Marie-Estelle Carrasco, (Médiamétrie), auteur du livre « le nouveau pouvoir des internautes » (http://nouveaupouvoir.org)
Appel a contribuer au livre dans les 30 jours qui viennent.
74% de créateurs de blogs ont entre 11 à 24 ans (tendance blogosphère, médiamétrie)
Voir aussi les sources : Observatoire des usages de l’Internet et netgeneration (Médiamétrie).
Une majorité de rencontres virtuelles (+50%) on conduit à une rencontre physique.

Yann Mauchamp. OpenBC.
10 millions de personnes inscrites sur des sites de networking.
30% des gens se rencontrent dans le cadre professionnel.
Sondage OpenBC 25.000 personnes 15% ont développé des affaires grâce au logiciel relationnel dans les 6 derniers mois.
Google dit a ses employés : consacrez 20% de votre temps à vos projets (personnels ?).

Thierry Crouzet auteur du Peuple des connecteurs.
Le fait que l’on se connecte de plus en plus constitue une révolution
On trace de plus en plus de liens: plus on multiplie le nombre de liens entre les personnes, plus la structure relationnelle s’applatie, et plus les relations hérarchiques disparaissent. On est en train de créer une société ingouvernable.
Mais la nature à créée l’auto-organisation.
La représentation des structures complexes comme à la carte du réseau internet (qui montre les connexions entre les serveurs) est une représentation universelle. La carte des réseaux sociaux et des relations entre les personnes, à la même forme. Dans la nature il existe aussi des représentations similaires.
Point de transition de phases : frontière entre l’ordre et le désordre.
La complexité émerge de la multiplicité et de la complexité des relations.

Guillaume Champeau (PressTIC, Ratiatum) présente LinkedFeed.com
Service d’échange de source d’informations et d’évaluation de ces sources.
Enrichissement de la pertinence de l’agrégateur par le réseau social.
Notation du flux « intéressante » ou « pas intéressante ».
Flèche montante ou descendante en face de chaque article rss.
Propose de s’abonner à de nouveaux flux issus de recommandations des autres utilisateurs. Evolutions à venir : joindre mon blog aux liens LinkedFeed.
Problèmatique : mettre dans ma sphère privée certains flux auxquels je suis abonné mais que je ne souhaite pas révéler au public.

Dans dix ans, quelles seront les questions importantes du moment ?
Quel sont ceux qui survivront en digérant l’infobésité, ou surcharge d’information ambiante. Image comparative avec la cause de la disparition des mammouths : le changement de la nature de l’herbe mangée par les mammouths, liée au changement climatique, à conduit à l’extinction de l’espèce.

Laurent … (?) à inventé un système qui permet d’agréger tous les commentaires que l’on a semé à gauche à droite sur les blogs.

Xavier Moissant (Place de la démocratie) évoque Meetup, réseau d’affinités hors des réseaux sociaux professionnels.

Nadine Jouanen (Eifel) : « Aujourd’hui on reconstitue les tribus, les communautés. Est-ce que c’est un outil, ou un système, qui me l’impose ? On assiste véritablement au changement de paradigme du mode de construction des communautés. »

Moi-même (Luc Legay) : « Pour reprendre le problème de l’identité abordé aux dernières rencontres d’Autrans, doit-on avoir une identité unique qui serait gardée et certifiée par un tiers ? Et que devient-on en cas de vol de son identité ?
Ou bien va-t-on assister au développement de la tendance actuelle qui tend vers une multiplicité des identités, où, pour chaque situation, correspond une identité différente ? On commence à accepter l’ubiquité de lieu, c’est-à-dire notre présence au même moment en plusieurs endroits ; pourquoi ne pas accepter demain plusieurs identités rattachées à une même personne ? C’est toute la question de la démocratie qui doit-être repensée. »
(…)
« Quand je vais sur des projets web2.0, qui nécessite le plus souvent que je m’identifie, je ne sais pas toujours qui est derrière le service. Il y a aujourd’hui une forte nécessité de visibilité et d’éthique sur l’utilisation de mes données. »

« Myware » : Un programme de surveillance personnel destiné à contrôler son temps de travail. Notamment toute la partie non-productive de son temps de travail. Permet de distribuer (ou de revendre…) ensuite son comportement à des entreprises de marketing. (voir aussi : l’émergence du myware)

Les non-connectés seront les perdants ?

Daniel Kaplan (Fing) : être moins connecté pourrait aussi de venir une marque de distinction sociale (Davosiens, small-world) par rapport à une population massivement connectée.

(Commentaire : Hubert Guillaud et moi-même proposons de fonder l’Adnum : association de défense des non-utilisateurs de téléphone mobiles…)

Fred Cavazza à l'université de printemps de la Fing d'Aix-en-Provence

Un panorama des outils du web 2.0 par Frédéric Cavazza.

Fred Cavazza nous expose le déroulement de sa journée type qui commence par la lecture des blogs via l’agrégateur Bloglines.
Le Web 2.0 est au centre de plusieurs concepts : des outils d’intelligence collective, des réseaux sociaux et des services web (API et mashup).

Parmis les outils cités :

  • Wikio, qui permet citer une source ou publier un article en 5 secondes.
  • Google/notebook qui permet des créer et de partager des notes de travail.
  • Jumpcut.com qui permet de modifier, en ligne, des vidéos par morcellement et montage de ses propres vidéos ou de celles des autres utilisateurs du service.
  • Yahoo Answers : forum qui met en relation des utilisateurs qui ont des questions sur tout les thèmes avec des utilisateurs qui ont des réponses aux questions.
  • LibraryThing : propose des recommandations sociales sur les livres à travers le rapprochement (et le recoupement) par tags et par affinité de lectures.
  • Ziki, le réseau social ouvert fonctionnant sur le principe des mots-clés. Voir notamment : ziki.com/people/fredcavazza ou ziko.com/people/luc
  • Housingmaps.com qui agrège les services de Googlemaps et de Craigslist afin de relier visuellement les petites annonces au territoire. Derrière le service il n’y a pas de base de données mais une simple application de mise en relation de deux bases de données existantes.
  • Jotspot, extranet collaboratif, wiki de gestion de projet qui permet d’ajouter des composants applicatifs d’un clic en ligne.
  • Spreadsheets.google.com, tableur qui possède toutes les fonctionnalités de base d’Excel, mais sans avoir besoin d’Excel, ni de Microsoft, ni d’autre application que son navigateur web.

Le Sénat reçoit ceux qui imaginent l’Internet dans dix ans


Senat
Vidéo envoyée par lucos
Télécharger au format : iPod m4v

Thierry Gaudin et Bruno Oudet avaient invité, mardi 30 mai, les membres de l’Isoc et de la Fing au Sénat pour la présentation du bilan des dernières rencontres d’Autrans : « Internet dans dix ans ».

Anne-Caroline Paucot a présenté le recueil « Demain est un autre jour » réalisé à partir de 25 scénarios du futur construits lors des 10e rencontres d’Autrans en janvier 2006.
Elle a invité les participants à partir de ces propositions pour proposer de nouveaux scénarios pour 2016. A rédiger sur le mode participatif sur http://dansdixans.org

Quelques phrases clés entendues au cours de cette présentation au Sénat :

Le sénateur Jean Faure (député du Vercors) : « Nous avons fait du Vercors un lieu de rencontres. En 1993 nous avons été les premiers à prendre l’initiative de faire entrer l’ordinateur à l’école (Les chemins buisonniers). Aujourd’hui quelle école pourrait envisager de ne pas être équipée ? »

Le professeur Albert-Claude Benhamou (chirurgien à l’Hôpital Pitié –
Salpêtrière) : « La virtualisation de la réalité va s’appliquer à l’ensemble des situations et plus uniquement aux simulateurs de vols. De la gestion de crise des catastrophes naturelles aux interventions chirurgicales, l’essentiel de la révolution ne tiendra pas dans la technologie, mais dans la pédagogie des logiciels. »
Et de citer Pierre Lévy : « Bienvenue dans la nouvelle demeure du genre humain » (dans « les chemins du virtuel » )

Autre grand défi pour « dans dix ans » : l’identité et le nommage.
Pour les états et les administrations, l’identité idéale serait un identifiant unique pour chacun.
Mais attention ! que se passera-t-il si l’on vous vole cette identité ?
Les données uniques sont-elles protégeables sans risque par les institutions ?
N’est-il pas préférable de défendre la multiplicité des identités ? Comme à l’intérieur des forums de discussions, où un avatar différent peut vous représenter dans chaque situation.

Daniel Kaplan : « Je ne crois pas à l’interopérabilité. La multiplicité des formats, comme celle des identités, constitue un bonne protection contre les abus. »

Pr. Benhamou : « Il faut humaniser le virtuel. Il faut aussi accompagner les enfants à faire des allers-retours permanents entre le réel et le virtuel. Ce qui doit nous amener plus fréquemment à rétablir dans notre société le dialogue et l’échange. »

Daniel Kaplan : « On lance aujourd’hui de plus en plus des logiciels, ou des services (web 2.0), qui ne sont pas finis. Ce sont des versions beta que les utilisateurs sont chargés eux-mêmes de faire évoluer, en fonction de leurs mode d’appropriation. Il est donc indispensable d’inventer de nouveaux modèles où l’opinion et la participation font partie intégrante du processus de création. »

Anita Bento : « le pouvoir est chez le consommateur, mais celui-ci se laisse trop souvent manipuler ».

Thème des prochaines rencontres d’Autrans en janvier 2007 : « les générations internet ». Thème décliné en trois volets : les jeux, l’éducation, et l’emploi.

Click-tv renouvelle le partage vidéo


Pas une semaine ces derniers mois sans l’annonce d’une nouveauté dans le domaine des plateformes de vidéos en ligne.
La dernière en date se nomme click.tv. Le service n’est ouvert pour l’instant qu’aux beta-testeurs.
Mais la fonction la plus novatrice du service proposé par Mike Lanza est prometteuse. Il s’agit de la possibilité, pour le créateur de la vidéo comme pour le visiteur, d’annoter les vidéos en ligne. Avec cette particularité que chaque note est reliée à un point de lecture précis, contextualisant ainsi totalement le commentaire.
Le reste de l’offre reste comparable à DailyMotion ou à YouTube. Comme la possibilité d’ajouter directement une vidéo sur un autre site internet à l’aide d’un badge HTML. La différence avec ses principaux concurrents est que le badge contiendra les commentaires contextualisés.
Source : techcrunch.com
Démo : http://click.tv/features.php

Interface tactile selon Jefferson Han


Ce dispositif reprend en partie le concept de la réalité augmentée (RA).
Les recherches en ce domaine existent depuis la fin des années 80. notamment au sein du CNRS. Défini comme un mélange d’interaction entre le monde réel et le monde virtuel, les interfaces de réalité augmenté permettent de superposer images réelles et images numériques.
Le dispositif d’interaction présenté par Jefferson Han se limite aux interactions à deux mains, multipoint et multi-utilisateurs, d’une surface tactile. Mais il met en évidence la facilité avec laquelle on peut réaliser certaines manipulations à deux mains, ou a deux doigts, beaucoup plus complexe à réaliser avec le pointeur d’une souris. L’avantage du système, par rapport à la manière dont Tom Cruise manipulent son ordinateur dans Minority Report, est qu’il n’est pas nécessaire d’enfiler une paire de gants !

Plus d’infos sur la recherche en réalité virtuelle et augmentée :
EVR@, environnement virtuel et réalité augmentée au laboratoire Systèmes Complexes du CNRS.
Interface homme-machine et réalité augmentée au laboratoire d’ingénierie médicale TIMC
Le groupe de travail Réalité Virtuelle de l’Inria
Source : http://mrl.nyu.edu/~jhan/ftirtouch/index.html