Archives pour la catégorie meeting

Les Explorateurs du Web au festival Vidéoformes de Clermont-Ferrand


Lire la vidéo (Durée : 2 min.) Version QT

Vendredi 16 mars 2007 nous interviendrons au Festival VidéoFormes, pour décrypter le Web 2.0… Et pour décrire ce qui a changé avec les blogs, Dailymotion, Youtube, MySpace, et avec ces nouveaux outils qui fleurissent chaque jour, ou presque, sur le web.

Les Explorateurs du Web, c’est ce collectif auquel j’appartiens, qui réuni une quinzaine de personnes issues de spécialités différentes, mais qui ont comme point commun la même envie d’explorer le Web et ses nouvelles pratiques.

Car si les Explorateurs se connaissent c’est justement grâce aux outils du Web. Nous utilisons en effet des blogs, des wikis, des logiciels sociaux, et des outils de communication comme Skype, Flashmeeting et Twitter… et notre façon d’utiliser ces outils, en les combinant, parfois même en les détournant, constituent en fin de compte, un vrai système de communication et d’information.

A travers notre pratique des outils, et grâce à cette communication permanente, les Explorateurs du Web constituent finalement un véritable réseau d’expérience et de tentatives d’intelligence collective.

J’espère que nous aurons le plaisir de vous rencontrer vendredi ou samedi à Clermont pour partager ensemble nos explorations.

Merci d’avance aux étudiants de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, et à Loiez Deniel, Explorateur du Web et président du Festival VidéoFormes, qui nous ont cordialement invités.

Vidéoformes, 22e Manifestation Internationale Art Vidéo et Nouveaux Médias du 13 au 17 mars 2007 à Clermont-Ferrand.

Pour soutenir l’événement, ajoutez l’annonce du Festival sur votre site en copiant le code situé sur cette page de promotion.

Ils en parlent aussi :

Petit déjeuner autour d’Edgar Morin


Lire la vidéo (durée : 4 min.)

Petit déjeuner autour d’Edgar Morin, à l’occasion de la parution du livre collectif « L’intelligence de la complexité », paru sous la direction de Jean-Louis Le Moigne et d’Edgar Morin aux éditions de l’Aube.

Entre deux madeleines trempées dans son café, Edgar Morin évoque l’aventure de la pensée complexe qui l’a mener à publier avec Jean-Louis Le Moigne cet ouvrage, tiré du colloque de Cerisy de 2005.

Edgar Morin situe le début de l’aventure de la complexité dans les années 50. En même temps qu’apparaissent les premières connexions entre la cybernétique, la théorie des systèmes et la théorie de l’information. Idées à partir desquelles va émerger la notion d’auto-organisation.

Malheureusement, ces idées, issues de mathématiciens et d’ingénieurs, n’ont pas fécondé les autres sciences, comme la biologie, la physique et les sciences humaines. Notamment à cause des barrières structurelles et interdisciplinaires dressées par l’université et les organismes de recherche.

Mais aussi parce que notre connaissance scientifique obéit toujours aux principes de disjonction et de séparation des disciplines.

Ce n’est que très récemment, à la suite du séquençage du génome humain, que l’on a pris conscience que le résultat du séquençage n’était pas directement compréhensible.

On réalise en effet que cette compréhension ne sera possible qu’à travers l’analyse des relations et des interactions qui relient entre-elles les parties, et qui relient le tout avec les parties.

Dès lors, nous ne sommes pas seulement dans une période de changement, nous sommes aussi dans un changement d’époque.

Tous mes remerciements aux associations qui ont organisé cette rencontre : MCX-APC, l’association pour la pensée complexe, et le Centre international de prospective.

Soupe de tags au menu du dernier CantineCamp Paris


Lire la vidéo (Durée : 6 min.)

Rendez-vous désormais très attendu par la communauté parisienne du Web 2.0 et des nouveaux usages, le dernier CantineCamp s’est tenu hier jeudi à Paris.

Et selon la tradition, les participants se présentent avec trois tags…

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les heureux participants étaient : Jérôme Le Blanc Bardedienne (SpinVox), Cyril Attias (OgilvyOne worldwide), Olivier Serès (oseres.com), Pierre-Philippe Cormeraie (pierre-philippe.blogspot.com), Jean-Christophe Capelli (capelli.typepad.fr), Olivier Auber (OverCrowded), Christophe Ducamp (Elanceur.org), et moi-même, Luc Legay (RU3.com)

Pierre-Philippe Cormeraie vous donne sa définition du Pinko marketing, Olivier Auber donne celle du protocole multicast, Cyril Attias explique son rôle au sein de l’agence Ogilvy, et Christophe Ducamp appel les sponsors pour le prochain BarCampParis qui devrait réunir plus de mille participants.

Cantine Camp, le lieu où l’on parle d’économie solidaire, de communauté pinko et du modèle Google…


Lire la vidéo – Durée 14 min.

La rencontre s’appelle le CantineCamp. Dans le prolongement de l’esprit BarCamp, c’est spontané, c’est ouvert et ça se passe à la cantine !

On vous y explique la démarche Pinko, et si le courant passe, vous pouvez aider à développer cette communauté.

Nos hôtes sont tous des banquiers : Jean-Christophe Capelli, Pierre-Philippe Cormeraie et Christophe Ducamp. Mais ils ne sont pas tout à fait de la même race que ceux qui vous appellent régulièrement chez vous, pour vous proposer une très bonne opération dans laquelle vous pourriez transférer sans risque toutes vos économies.

Guest star : Roland Piquepaille, certainement le plus lu (au monde ?) des blogueurs français… mais malheureusement très peu par des Français ! Expert des nouvelles tendances technologiques et sociales, Roland Piquepaille nous apporte un point de vue sans complaisance sur l’effet Pinko.

Mathieu Coste et moi-même (Luc Legay) étions présents en qualité d’explorateurs du chaos, curieux et attentifs au phénomène Pinko et à ces banquiers venus d’une autre planète.

Principales questions abordées lors de cette rencontre ensoleillée :

  • Comment une communauté de personnes se faisant mutuellement confiance, peut-elle être amenée à avancer de l’argent à l’un de ses membres, sans l’aide d’une banque traditionnelle ?
  • Google est-elle une entreprise Pinko ? Pierre-Philippe Cormeraie compte les points.

Le wiki de la communauté Pinko francophone
Le wiki du BarCampBank

Le web 2.0 expliqué aux médias



Expliquer les nouvelles pratiques d’internet apparues avec le Web 2.0 aux responsables des groupes de presse était le but de cette conférence organisée par CampusXML sous l’égide de l’IFRA. (Hier, mardi 28 novembre, dans les locaux du CFPP-SPPP, les Papiers de Presse.)

j’ai donc tenté, entre Emmanuel Levi-Valensi (People in Action) et Denis de Coster (Adobe), d’expliquer avec une présentation dense de 30 minutes, comment sont utilisés les outils incontournables du Web 2.0 aux directeurs et responsables de L’Equipe, du Progrès, du Midi Libre, de La Voix du Nord, de L’Alsace, de Prisma Presse, de Mondadori, de Sud Presse, de L’Express-Expansion, et de l’AFP… Rude responsabilité !

Un exercice très ludique où je me suis limité à quelques-unes des pratiques les plus marquantes du Web 2.0 :

United Color of Web 2.0
United Colors of Web 2.0 (repris à Ross Mayfield et modifié)

  • Comprendre l’intérêt de partager ses signets (ou bookmarks) avec Del.icio.us et de naviguer dans les nuages de tags des utilisateurs.
  • Utiliser Technorati pour gérer la visibilité et la syndication de ses contenus publiés sur le Web.
  • Découvrir le monde sans limite rendu possible avec les API, et avec les mashup qui permettent de nouvelles inventions basées sur le remixage de services existants (FlickrBits, Flickr’Toys, Colr Pickr)
  • Et d’utiliser par exemple xFruits pour créer un service d’agrégation à partir de flux RSS distincts.

Au passage, utiliser Go2Web2.0 pour naviguer visuellement dans les services offerts par le Web 2.0. Et découvrir a cette occasion, Snap, un des innombrables outils innovant du Web 2.0. Snap, permet d’ajouter automatiquement à chaque lien hypertexte d’une page web, une capture écran de la page située derrière le lien. Un outil simple et pourtant très utile, qui peut s’ajouter dans un blog (comme celui-ci), mais qui existe également sous forme d’un plug-in pour le navigateur Firefox, et qui permet à l’utilisateur de généraliser cette possibilité à l’ensemble des sites visités.

Des services devenus aujourd’hui des classiques pour les utilisateurs avertis que nous sommes (auteurs ou lecteurs de blogs), mais que le monde de la presse, notamment écrite, connaît peu, et n’utilise quasiment pas.

CAMPUSXML IFRA
Claude Droussent (L’Equipe), Patrick de Lannoy (IPM), Dominique Bannwarth (L’Alsace).