Archives pour la catégorie outils

Sylvie Le Bars : organiser son information grâce au Web 2.0


Lire au format QuickTime (meilleure qualité) – Durée : 05:48

Dans la veine d’un Frédéric Cavazza, ou d’un Jean-François Ruiz, Sylvie Le Bars fait partie de ces personnes qui savent rendre intelligible le complexe.

Mais avec un avantage non négligeable sur ses confrères : celui de sa sensibilité féminine.
Dans la surabondance des services offerts par le Web 2.0, il n’est pas toujours facile en effet de sentir le bon filon. Rien de mieux croyez-moi que de se fier à l’intuition éclairée de Sylvie Le Bars.

Adresses des exemples cités dans l’extrait vidéo de la présentation :

Sylvie Le Bars blogue sur Arkandis
On en parle sur Globeing.net

MasterClass Communautés 2006, ou comment collaborer en bonne intelligence

Lire au format QuickTime (meilleure qualité) – Durée : 06:03

Le travail collaboratif n’est pas devenu obligatoire, il est devenu incontournable… Pourtant, le non-usage des outils de collaboration dans les entreprises est accablant.

Le ton est donné.

Principaux intervenants s’exprimant ici :

  • Richard Collin (ICCE)
  • Jean-Michel Cornu (fing)
  • Yves Duron (NextModernity)
  • Frédéric Soussin (Ubiquité et partage)

Quelques unes des notions clés évoquées lors de cette MasterClass :

Les organisations souffrent et font de la résistance face aux technologies de la collaboration, ainsi qu’à leur représentation sur les réseaux.


Jean-Michel Cornu
(fing) : Le fait de se poser les bonnes questions en groupe, avec des points de vues différents, en s’efforçant de formuler les problèmes, c’est déjà apporter des réponses.

Frédéric Soussin (Ubiquité et partage) : comment je fais passer mes idées positives ?
Comment rester personnel dans un champ de mines antipersonnelles ?
Il n’y a rien de mieux qu’une bonne question.
Agir en « actes de résistance » plutôt qu’en actes d’évangélisation.

On constate de plus en plus qu’il y a une démotivation générale des salariés en entreprise, qui s’explique par un manque de visibilité sur le résultat de leur production. Comme si un boulanger qui pétri son pain ne pouvait jamais voir son produit fini. Comment trouver une motivation dans ces conditions ?

Marc de Fouchecour
(Ensam) : Les gens ne voulaient pas échanger leur expérience. Quelqu’un a eu l’idée de proposer un trophé. Le trophé était : « le droit à une publication en ligne » sur le site de l’entreprise… Et cela a fonctionné ! Parcequ’il y avait quelque chose à gagner : la reconnaissance et la visibilité.
Finalement on a tout publié !

Richard Collin (ICCE) : Nous devons donner des arguments à ceux qui doivent convaincre les autres de mettre en place une démarche collaboration en entreprise.

C’est un mythe de croire que le savoir faire est gardé dans l’entreprise. La connaissance n’est pas dans l’entreprise, elle est chez les gens (qui peuvent partir dès demain). Et le syndrome sécuritaire distillé par les entreprises empêche l’innovation des individus.

Alors qu’il faudrait dire : « Je préfère avoir 5% de mon information piquée sur internet plutôt que de ne pas voir mon information circuler dans l’entreprise. »

La question c’est l’animation et la création d’une communauté.
Elle fait référence à une pratique plutôt que des objectifs.
Fait référence à des connaissances qui se construisent ensemble.
Le rôle de l’encadrement et de l’animateur de la collaboration est de rendre les égoïsmes compatibles entre-eux. Il faut s’assurer que chacun gagne dans l’échange qui se construit. Et qu’il va gagner en reconnaissance.

Dans la collaboration en réseau, les verres de bières sont complémentaires.
La qualité de la modération du groupe repose beaucoup sur la rapidité des réponses apportées, mais aussi sur la patience et la temporisation.
Autres qualités de l’animateur-modérateur :

  • être concis sur les contenus,
  • accepter le désaccord,
  • favoriser des habitudes sociales nouvelles.

Conclusion de Richard Collin : « il faut faire ! Faire petit au départ, mais faire. »

Netcipia, la nouvelle start-up américaine fondée par deux français


ICC-2006-Miguel-Membrado – Durée : 07:27

Bruno de Beauregard et Miguel Membrado ont créé à Palo Alto en Californie, Netcipia, solution participative gratuite combinant le blog et le wiki.

Basé en partie sur le moteur Xwiki, Netcipia c’est surtout l’approche qui veut concilier le meilleur des deux mondes : wiki et blogs.
Miguel Membrado, présent aux Rencontres ICC 2006 à Paris, nous résume le contexte du lancement de Netcipia. (Interview réalisée avec la participation d’Alexandre Israël.)

Le blog RU3 change de plateforme

Standards obligent ! Après avoir installé des blogs sous WordPress pour les uns et pour les autres, il fallait bien prendre un peu de temps pour se préoccuper de son propre blog.

L’import automatisé des articles précédemment publiés sur la plateforme Blogger n’ayant pas fonctionné, c’est donc « à la main » (avec une souris quand-même…) que la migration s’est faite. Au passage il m’a été impossible de récupérer les commentaires. C’est pourquoi les URL des pages d’origine n’ont pas été effacées, ainsi que l’ancienne page d’accueil, qui n’a pas changé d’adresse : http://ru3.com/luc/index.htm. Car rompre brutalement des liens établis construits au fil des mois et des années n’est jamais une bonne solution.

Et puis un slogan plus court que le précédent « RU3, réseau des utilisateurs de l’intelligence collective »… c’est peut-être pas un mal ! Enfin, donnez-moi votre avis, cela vous permettra de tester le moteur de commentaires en Ajax !

Atelier interfaces riches (RIA)


(QuickTime 9.5 Mo, 01’43) – Cette vidéo sur YouTube

J’ai eu le grand privilège d’assister aujourd’hui à un atelier sur les RIA (Rich Internet Applications), ou interfaces riches, organisé par People in Action, avec la participation remarquée de Bill Scott, designer et « évangéliste Ajax » chez Yahoo!, ainsi que de Vivien Gauthier, de Use-Design.

Une interface riche internet est un ensemble de technologies s’exécutant dans un navigateur web et visant à enrichir l’expérience utilisateur.

Les RIA englobent aujourd’hui un ensemble de concepts clés : le web 2.0, les utilisateurs, le design d’interaction (ergonomie + utilisabilité), des technologies, des architectures, des SOA (services orientés architecture), et beaucoup de pluridisciplinarité…

Bill Scott a démontré, à travers de nombreux exemples, les gains obtenus en termes d’expérience utilisateur et de productivité à l’usage. L’internaute peut oublier qu’il utilise une application à travers un service web, et se focaliser ainsi sur l’usage de l’application.

On distingue deux technologies leader : Ajax et Flex2 (Adobe).
Une troisième technologie, WPF XBAP, est actuellement en version beta chez Microsoft, sous la forme d’un module de déploiement des applications à l’intérieur d’un navigateur.

La journée très dense s’est terminée par un mini BarCamp sponsorisée par Adobe.

Merci à Emmanuel Levi-Valensi et Mathieu Isaia, les cofondateurs de People in Action, à Vivien Gauthier, de Use Design et à Bill Scott, de Yahoo!

Note de service : les comptes-rendus vidéos sont à venir…

Tags : , , , , ,