Archives pour la catégorie réseaux sociaux

La participation en chute libre pour les grandes marques sur Facebook ?

La « Social Media Fatigue » est devenue une dure réalité pour de grandes marques sur Facebook.
Aucun secteur d’activité n’est épargné : luxe, grande consommation, automobile… les marques préférées des internautes subissent une baisse d’intérêt généralisée sur Facebook.
Selon vous : un phénomène de fond ou un épiphénomène ?

SOCIAL MEDIA FATIGUE

Disclaimer : Cette infographie ne reflète qu’une tendance sur 1 mois déduite à partir des informations disponibles sur les pages Facebook des marques mentionnées et ne constitue pas une statistique représentative.

Pour ne plus perdre de temps sur les médias sociaux*

Crazy

Au cours de mes interventions sur les stratégies de présence sur le Web, l’une des remarques les plus récurrentes des participants est la suivante :

« Mais comment va-t-on trouver le temps d’être sur les réseaux sociaux… en plus de notre travail ? »

Remarque qui émane le plus souvent des cadres intermédiaires et des équipes opérationnelles.

Ma réponse :

« Vous pouvez aussi gagner beaucoup de temps grâce aux médias sociaux ! »

Mais comment ?

Ne cherchez pas de recette toute faite sur Marmiton.org… (j’ai vérifié, elle n’y est pas).

La solution consiste donc à créer sa propre recette, avec les ingrédients que l’on aura sélectionnés.

Avant de voir les ingrédients, vérifiez que vous — et votre stratégie — êtes en phase avec les finalités d’une présence de votre marque sur les médias sociaux.

1. Se connecter

Avec ceux que vous connaissez déjà, mais aussi à ceux que vous ne connaissez pas encore… En vous faisant aider pour cela par vos relations actuelles.

2. S’impliquer et influencer

Avant de transformer vos contacts en abonnés, ou en fans, vous devrez partager des informations pertinentes relative à votre expertise métier. Le but étant d’établir, ou de renforcer, votre légitimité d’expert dans votre domaine.

3. Transformer

Le point le plus souvent oublié est de transformer (les marketeux diront « convertir« ), vos abonnés, ou fans, en clients. Idéalement en clients satisfaits et heureux…

En vous impliquant auprès de vos fans, guettez à tout moment les signaux de cette transformation.
Ce signaux se manifestent généralement sous la forme de questions.
Lorsque l’on vous interpelle, votre priorité doit donc être de répondre systématiquement.

Pour transformer votre interlocuteur en prospect, puis en client, vous devrez entrer en contact direct. Etape indispensable pour consolider l’échange et, surtout, pour obtenir les coordonnées du futur client.

Si vous êtes en phase avec ces principes de base, alors vous pouvez passer aux ingrédients de base de votre recette.

Il ne vous restera plus qu’a en déterminer le bon usage et le bon dosage (à consommer avec modération, bien-sûr…).

Les ingrédients

1. Blog

Le blog est un des moyens les plus simples pour partager de l’information en ligne.

L’outil va permettre de centraliser puis de valoriser votre expertise indépendamment de l’évolution à venir des outils et réseaux sociaux utilisés aujourd’hui (et peut-être plus demain…).

Ce blog peut être siglé de votre marque, ou bien à votre nom, si vous êtes le patron ou l’expert. Idéalement votre implication y sera régulière et centrée sur votre thématique.

Utilisez de préférence un outil populaire comme WordPress, Blogger ou encore Tumblr, qui vous fera gagner un temps précieux grâce à une prise en main rapide. Ces dispositifs de publication doivent en effet leur succès à des interfaces de publication simplifiées.

Le référencement de vos contenus dans les moteurs de recherche sera également plus simple car automatique dès lors que vous aurez diffusé vos premiers contenus à travers quelques réseaux sociaux tels que Linkedin ou Twitter.

2. LinkedIn

Votre présence sur LinkedIn est indispensable. C’est le point d’entrée de toute entreprise et de tout professionnel à la recherche de nouvelles compétences.

C’est aussi la meilleure façon pour ceux qui ont apprécié votre travail de vous recommander.
Devenez actifs et élargissez votre réseau en adhérant aux groupes qui sont en rapport avec votre activité, ou celle de vos clients.

Pour développer votre réseau pensez à demander systématiquement une mise en relation aux personnes avec qui vous avez échangé une carte de visite.

Linkedin est l’outil de business to business par excellence qui vous fera gagner un temps précieux dans un objectif d’extension de votre réseau.

3. Twitter

Le secret d’une bonne utilisation de Twitter repose sur le choix des bonnes connexions et sur l’usage des bonnes pratiques.

Pour trouver les bonnes connexions, inutile de suivre les utilisateurs « suggérés » par Twitter, qui comptent déjà des milliers d’abonnés (« followers« ). Twitter est beaucoup plus utile pour détecter les signaux faibles. Ceux-ci sont à repérer auprès de profils très pointus. Le moteur de recherche avancée de Twitter vous aidera à identifier les profils pertinents…

Pour préserver votre temps et votre attention, il sera utile de vous désabonner des profils les plus bavards et les moins pertinents de façon quasi-quotidienne.
Concernant l’adoption des bonnes pratiques, pensez d’abord à « retweeter » simplement les tweets les plus pertinents dans votre domaine d’activité. Ou bien encore a remercier ceux qui retweetent vos contenus. Entretenir les bonnes relations ne devra jamais être considéré comme une perte de temps.

4. Facebook

Bien que complexe et en perpetuel reconfiguration, Facebook reste encore incontournable pour afficher sa présence et développer ses affaires.

Ma recommandation est de ne pas tout miser, pour le moment, sur les « pages Facebook » dont l’avenir n’est pas encore clair.
En revanche, si votre activité est orientée vers les consommateurs (B to C) prenez le temps de tester les outils de création d’annonces ciblées. Avec près de 700 millions d’utilisateurs, Facebook dispose d’une base de données ciblée et comportementale unique au monde. Vous pourriez être étonné du temps gagné pour adresser votre cible.

5. YouTube

Cisco estime que plus de 66% du trafic sur Internet sera généré par la vidéo fin 2015. Youtube est aujourd’hui le troisième site le plus consulté au monde.

Le partage d’information en vidéo est donc une valeur montante. Et pour devenir acteur sur ce canal sans perdre du temps commencez par utiliser les moyens qui sont à votre disposition : par exemple en exploitant la caméra de votre téléphone portable ou la webcam de votre ordinateur. Et vous réaliserez que certains messages sont beaucoup plus faciles — et rapides — à transmettre en images qu’en texte.

Ces ingrédients sont les constituants de base de votre présence sur les médias sociaux. Alors maintenant, plus de temps à perdre !

*Tous mes remerciements à Anthony Kirlew, dont je me suis largement inspiré en reprenant à mon compte le titre et la trame de son article « Stop Wasting Time on Social Media« .
Merci également à Guillaume Pasturel @gpasturel pour avoir relayé l’article d’Anthony Kirlew

Stratégie de présence multicanal pour WeAreTennis de BNP Paribas

En lançant le site d’actualité dédié au tennis WeAreTennis, BNP Paribas affirme sa stratégie de présence multicanal.

Toute la panoplie des dispositifs sociaux sont en effet activés à l’occasion de ce lancement : un blog , un « Serious Game », un compte Twitter, une page Facebook et enfin une chaîne YouTube.

Visuellement et techniquement, le site WeAreTennis est plutôt réussi. Il a été développé entièrement en HTML 5 avec WordPress.

capture-wearetennis

L’usage de la typo OpenType « Placard Condensed » de Monotype est pour beaucoup dans ce design graphique très « up-to-date« .

Très intéressante également : cette intégration du compteur de « Tweets » produits pendant un match sur la page des matchs en direct !

wearetennis-capture-twitter

Selon Elodie Verbeke, chargée du sponsoring sportif, BNP Paribas souhaite faire de ce site un site de référence dont le contenu est alimenté par des passionnés pour des passionnés.

Les internautes pourront gagner des places pour assister aux différents tournois parrainés par le groupe grâce à des jeux proposés sur le site.

Pour ma part, j’avoue que l’ergonomie déroutante du jeu proposé actuellement ne m’a pas encore permis de marquer un seul point !

Illustration d’une stratégie de présence multicanal

 
Mais le plus remarquable avec ce lancement est le déploiement simultané sur les réseaux sociaux de la présence de WeAreTennis.

Aujourd’hui en effet il me semble que toute opération sur le web un peu ambitieuse ne peut absolument plus se passer d’une stratégie de présence sur le web social et communautaire.

Et inutile de réfléchir très longtemps aux médias sociaux sur lesquels il faut afficher sa présence. Facebook, Twitter et YouTube sont maintenant incontournables.

Comme je tente de le faire à chaque fois que j’en ai l’occasion, lors que missions de conseil ou de formations, une stratégie de présence est loin d’être une garantie de réussite et une finalité.

Stratégie de présence sur les réseaux sociaux

Une stratégie de présence n’est que la première étape d’une véritable stratégie de flux, qui doit mettre en complémentarité et en synergie les actions effectuées sur les médias sociaux.

WeAreTennis constitue donc une belle étude de cas à suivre de près.

Diaspora : 200.000 dollars collectés pour coder un « presque-Facebook » open-source

Daniel Grippi, Maxwell Salzberg, Raphael Sofaer et Ilya Zhitomirskiy de Diaspora.

Voici l’histoire d’un succès qui va probablement alimenter toutes les conversations sur les réseaux sociaux pour les prochains mois.

Avril 2010
: quatre étudiants de l’Université de New York décident de créer Diaspora.
Un réseau social qui veut s’afficher comme l’alternative open source de Facebook.

Pour ce projet la petite bande espère trouver 10 000 $ en 2 mois.

Surprise ! Avec le site Kickstarter, spécialisé dans le financement de projets par les utilisateurs, ils obtiennent 200 641 $ auprès de 6 479 donateurs en une heure [mise-à-jour !] après avoir atteint en 12 jours leur objectif initial de 10.000 $.

Parmi les donateurs on trouve même Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook.

15 septembre 2010
: Diaspora publie le code source du noyau de leur application. Désormais, le projet devient réellement participatif et communautaire.

Le point fort de Diaspora : la décentralisation et le chiffrement* des données !

Là où Facebook oblige les utilisateurs à se connecter sur une seule et unique plateforme pour partager leurs informations, Diaspora fonctionne(ra) de façon décentralisée.

Chaque utilisateur met ses données où il le souhaite. Que ce soit sur son propre site ou sur une plateforme utilisant Diaspora.

Vos messages d’état (statuts) ainsi que les photos publiées sur votre profil apparaissent en temps réel dans les pages de vos amis.

Le chiffrement des données garantit l’authentification de l’émetteur des informations.

A venir en octobre : une version Alpha avec les fonctionnalités d’intégration de Facebook, la localisation du site en plusieurs langues, l’export des données…

Attention ! Diaspora est en cours de développement. D’autres projets open source (presque) comparables, comme Status.net, ou BuddyPress ont, quant à eux, une large antériorité sur Diaspora, et donc plus de maturité.

La rapidité avec laquelle Diaspora a levé ses fonds et mobilisé une communauté donnera certainement des idées à plus d’un entrepreneur inventif.

Sources : @chadcat et @guydoyenfr

Voir aussi :

*Chiffrement des données : le terme correct pour dire « cryptage » en bon français.