Pourquoi Facebook est-il déjà dépassé?

They like me. They really, really like me!

Comme Netscape fut dépassé en son temps par Internet Explorer, comme Yahoo! le fut par Google, comme Friendster par MySpace et MySpace lui-même par Facebook. Facebook sera très bientôt dépassé à son tour…

Avouons-le d’emblée, pas besoin d’être un grand futurologue pour annoncer cette prophétie.

L’actualité récente l’a révélée de façon planétaire au grand public : lorsqu’un événement brûlant se déroule en « live » dans la salle d’un tribunal new-yorkais, plus personne ne pense à mettre à jour son profil sur Facebook.

Facebook est dépassé lorsqu’il s’agit de couvrir à la fois l’actualité très immédiate, très localisée et très thématisée.

Autrement dit, sur le territoire de l’hyperactualité, hyper(g)locale et hyperthématisée, Facebook est déjà dépassé par Twitter.

420 caractères sur Facebook ou 140 caractères sur Twitter ?

Si Twitter a déjà largement gagné devant Facebook sur le terrain de la mobilité, c’est simplement parce que Twitter a été conçu, dès l’origine, pour les utilisateurs en mobilité.

Ce que la plupart des nouveaux utilisateurs voient comme une limitation, ou un même un sérieux handicap, ce champ de saisie exigu, limité à 140 caractères (signes et espaces), fait en réalité toute la puissance de l’outil. Interopérable depuis le début, avec les téléphones mobiles d’entrée de gamme, c’est-à-dire sans accès internet, Twitter à toujours misé sur l’usage léger et en mobilité.

Oui, tweeter sans accès internet, c’est possible !

« Deviens mon ami » sur Facebook ou « suis-moi » sur Twitter ?

Est-il plus facile de devenir « ami » avec un journaliste du New-York Times ou de s’abonner à son compte Twitter ? La seconde option paraît évidente.

Car même si vous n’êtes pas abonné au compte qu’il faut suivre absolument, c’est à travers vos propres contacts, ou « abonnements », que, de proche en proche et de tweet en retweet, vous découvrirez les bons messages, et finalement, les sources à suivre.

J’aime sur Facebook ou je retweete sur Twitter ?

Pas de doute : le « like » c’est la grande invention de Facebook.
Montrer à ses amis qu’on est cultivé (ou pas), que l’on aime telle publication, telle marque ou telle personnalité, c’est le cœur de l’activité des utilisateurs sur Facebook.

Pourtant aujourd’hui, le « j’aime » de Facebook n’est plus incontournable.

Plus de Tweet que de Like sur Mashable
Plus de Tweets que de Like sur Locita

Sur certains sites, comme Mashable ou Locita, le « Like » de Facebook est même battu à plate couture par le compteur de (re)tweets de Twitter. Sans évoquer Google, qui se voit déjà leader sur ce créneau avec le bouton « +1 » sans lequel votre référencement va rapidement tourner court.

Mille fans sur Facebook ou mille abonnés sur Twitter ?

Allons, pour une fois, soyons honnêtes envers nous-mêmes !

Consultez-vous plusieurs fois par semaine une page fan « likée » un mois plus tôt ?
Avouez…

Total Dislike

En dehors du community manager de la page, qui pense encore visiter régulièrement la fan page de Starbucks, de Coca-Cola ou de La Redoute ?

Dans ces conditions, êtes-vous certains que vos mille fans, acquis à grands frais, sur Facebook seront prêts à relayer fidèlement votre prochain message ?

Mille « followers« , ou abonnés, sur Twitter, seront probablement plus disposés à le faire. C’est en tout cas ce que semble montrer la statistique suivante :

acheter après être devenu « fan »  ou abonné d’une marque ?

Groupe sur Facebook ou #Hashtag sur Twitter ?

Comment fédérer une conversation sur un sujet donné ? Facebook, comme Google ou Linkedin, a su réinventer avec les groupes, le concept des forums de discussion. Notamment en donnant plus de visibilité aux profils des participants. Le groupe devient un badge que j’affiche dans mon profil comme on affiche un trophée.

Pourtant, après avoir rejoint dix, vingt ou cent groupes sur Facebook, les trophées prennent des allures de bibelots poussiéreux oubliés en haut d’une armoire.

Rien de tout cela avec le « hashtag« . Comprenez bien-sûr, un « mot-clé » précédé d’un « # » qui devient ainsi — Ô miracle — un lien cliquable sur Twitter. Un lien qui permet au simple visiteur de suivre les conversations utilisant un même hashtag. Et cela sans avoir à s’abonner aux comptes des participants de la conversation.

Idéal pour improviser un débat ou pour relayer un événement. Propre, et biodégradable, le hashtag, une fois délaissé, ne laisse aucun déchet derrière lui.

Théorie de l’évolution

Il faut donc se faire à l’idée que le principe de la sélection naturelle, imaginé par Darwin, s’applique aussi très bien aux entreprises, aux modes et aux comportements humains. Clin d’œil en passant aux adeptes de la mémétique qui depuis Richard Dawkins, ont bien compris que le principe de sélection naturelle était généralisable.

Comme les dinosaures en leur temps, Facebook est devenu trop lourd et trop complexe au fil de ses évolutions. C’est aussi ce qui a causé la perte de Netscape, Yahoo!, Myspace, ou Internet Explorer…

SoMoLoCo l’avenir sera SOcial, MObile, LOcal et COmmercial, ou il ne sera pas !

Yes, @downeym paid for Internet access at #mhs09

Servi à toutes les sauces lors du dernier Global Mobile Internet Conference (GMIC) qui s’est déroulé à Beijing en Chine fin avril, le SoMoLoCo, pour Social, Mobile, Local et Commercial, serait très probablement LA solution d’avenir pour le e-commerce en Chine… donc pour le monde.

S’il est vrai que Twitter s’est positionné dès l’origine sur la mobilité et l’hyperlocal avec la géolocalisation automatique des messages depuis un mobile équipé, le service de microblogging peine encore à trouver son modèle économique ; là où Facebook est devenu le premier annonceur publicitaire sur le Web.

Si le présent d’internet semble être aujourd’hui dans les mains de Mark Zuckerberg avec Facebook, il est probable que si l’avenir est l’internet mobile, local et léger, Twitter en sera — peut-être — le nouveau leader.

Et vous ?

Qu’allez-vous faire si ce sujet vous interpelle ? Un retweet sur Twitter ? Ou un like sur Facebook ?

A lire aussi :

26 réflexions au sujet de « Pourquoi Facebook est-il déjà dépassé? »

  1. La conclusion de cet article est très discutable, Facebook et Twitter n’ont pas du tout les mêmes fonctions. Evidemment que Twitter est plus approprié pour suivre de l’actualité en temps réel,mais Facebook n’a jamais servi à ça. De plus les sondages comparant la population Twitter et Facebook sont biaisés, les utilisateurs ne sont pas du tout les mêmes.Vous avez juste comparé Facebook et Twitter sur des caractéristiques d’emblée favorables à Twitter, la conclusion n’est donc pas valable.

  2. …Un share sur twitter bien sûr!
    La montée en puissance de Twitter est indéniable, mais il y aura de la place pour deux.

  3. @ Nico : J’assume totalement le parti pris. Les « caractéristiques d?emblée favorables à Twitter » sont pour moi celles sur lesquelles se fera l’usage du Web dès demain.

  4. J’applaudis carrément des deux mains (en plus du retweet) pour cette clairvoyance.

    La communication mobile a sans le moindre doute un peu plus d’avenir que le regroupement incessant des fans sur une seule et même page.

    D’ailleurs, d’un point de vue mathématique, le regroupement d’humains est limité (ça ne dépassera forcément jamais le nombre d’habitants sur la planète).

    Alors qu’il est impossible de limiter le nombre d’informations qui se baladent sur un vecteur comme twitter.

    Ton histoire de hashtag et la manière dont tu l’expliques est pour moi la cause majeur de la fissure qui s’agrandit de jour en jour entre twitter et facebook.

    Merci pour cet article qui m’a vraiment appris plein de trucs.

  5. Je suis d’accord avec le message de Nico et trouve les questions biaisées : les usages et les utilisateurs sont et resteront très différents (surtout en France, ou Twitter est très peu utilisé en dehors de la sphère techno/médias).

    De ce que j’observe, la plupart des gens (hors sphère techno/média) utilisent Facebook comme un réseau social, et Twitter comme un agrégateur de news (plus proche de Google Reader).

    Par exemple opposer Facebook et Twitter sur le plan de la mobilité est faux : dans les pays développés (peut-être est-ce différent en Afrique/Inde…), je ne connais personne qui utilise Twitter depuis un téléphone classique, par contre tous ceux qui ont un smartphone ont l’appli Facebook installée.

    Facebook disparaîtra sûrement un jour, sûrement pas à cause / au profit de Twitter.

  6. @Nico, je rejoins ta pensée. j’ajouterais que Facebook et Twitter n’ont pas non plus été conçut pour faire du ecommerce,donc parier sur la mort d’un RSE pour son taux de conversion, je ne suis pas sur que ce soit le critère le plus… significatif.
    Plutôt que la mort de facebook, nous parions sur la spécialisation des réseaux sociaux.
    Un exemple, le notre, 21 fans facebook, ~500 followers qui eux lisent les news !

    Tout est question de ce que l’on à « vendre » et à qui.

    La question de la mobilité n’est pas pertinente selon moi car tous les smartphones possèdent les applis facebook et twitter, rendant les deux aussi simple d’utilisation. J’ajouterais qu’utiliser ces plateformes revient moi cher qu’envoyer un sms chez nous car l’internet est bien souvent « illimité ».

  7. Complètement d’accord avec Nico et Thomas.

    On ne peut pas comparer Facebook et Twitter pour le simple fait que leur usage est différent: être à la pointe de l’actualité et suivre des livetweets, c’est bien. D’un autre coté, suivre la vie de nos amis c’est bien aussi, et c’est complètement différent. Les deux ne sont même pas en concurrence, à la différence de myspace qui s’est écrasé récemment, poussé prématurément à la retraite par Facebook.

    Un point sur lequel je te rejoins cependant: l’implication avec la marque est plus forte sur Twitter, quand Facebook doit toujours se renouveler pour garder le contact.

    Pour autant, Facebook est-il déjà dépassé alors qu’il vient d’atteindre 700 millions d’utilisateurs? Quite not probable. Surtout avec un business model qui se met en place et une stagnation des résultats de Twitter. On va encore bouffer du Zuck pendant un certain temps :)

  8. Très bon billet qui ouvre un débat important et différent suivant les cultures dans le monde. Après avoir lu tous les éclairages pertinents des uns et des autres, je rajouterai qu’il y a un paramètre sur lequel nous n’avons pas de prise, c’est le comportement en évolution permanente de l’usager. Selon mon point de vue les créateurs du web inventent les outils et les internautes inventent les usages. Ceux que l’on voient actuellement deviennent de plus en plus éphémères.

  9. @Eric, Jean, Nico et Thomas : bien sûr le sujet est volontairement orienté pour susciter un peu de polémique !
    Les usages de FB et Twitter sont différents. Et plus cette différence sera nette, moins la concurrence sera frontale.

    Pourtant, ces jours-ci Twitter vient de confirmer sa stratégie offensive face à Facebook qui peine à innover réellement. Twitter entre dans la « guerre des boutons » (FB like, Google +1) avec le nouveau Twitter Follow button. Puis affirme sa volonté d’intégrer le rich media avec son propre service d’hébergement d’images. La fin de l’histoire n’est donc pas encore écrite !

  10. @Nico agreed!
    Il est évident qu’entre twitter et Facebook, un blog comme Locita boostera son twitter!
    Mais pour le public de base, peu geek, sur Facebook, il n’a aucun interet à s’en aller! Apres c’est vrai qu’on disait la meme chose de MSN messenger avant que Facebook ai le chat. Il faudrait donc que quelque chose de plus puissant et plus consulté que Facebook prenne ses options pour qu’il disparaisse… Google? La dessus avec Wave et Buzz il s’est prouvé peu compétitif.

    Le 1 de Google, je sais pas trop quoi en penser, Presse Citron a même montré que ça avait de grandes chances de se planter. (http://bit.ly/kEwuG3)

    Néanmoins, je comprend ce que tu veux dire pour les pages et groupes, j’aime beaucoup ta formulation de « comme des trophés poussiereux »
    C’est exactement ça et en tant que CM de ma boite, j’ai du mal à l’alimenter et à capter le public B2C mais par contre pour le B2B LinkedIn et meme Facebook marchent très bien pour moi.

    C’est pourquoi je pense qu’il faut que Facebook professionalise ses pages moins d’intrusion et plus d’interraction, un système de follow particulier (type twitter) pour les quelques pages qu’on aime vraiment? Et le comparatif avec le Hashtag pour moi se fait avec les « @ » dans le status et les events. Ok les events a part pour les soirées ca marche pas tellement, mais les @marchent du tonnerre!

  11. Clairement, je m’en vais retweeter de ce pas… Oops, je ne trouve pas le bouton !
    Sinon, pour revenir à l’article, j’adhère globalement aux réflexions. Mon compte facebook est en jachère. J’utilise principalement Twitter.
    Je pense que Facebook a déjà presque un coté ringard. Cette société s’est développée à la vitesse de la lumière. Il est bien possible qu’elle s’éteigne aussi vite. C’est ça la nouvelle économie : Des idées qui fusent et qui disparaissent instantanément.

  12. Excellent résumé. Facebook ca a amusé tout le monde au début, et surtout les jeunes, mais passé le buzz (comme myspace) et étant déjà au top le soufflet peut redescendre en effet brutalement.
    Facebook en tant que réseau social comme tel ne survivra probablement pas indéfiniment, avec l’argent des investisseurs, l’entreprise a tout pour se diversifier comme l’a fait Google. Donc même si l’utilité du réseau en tant que tel peut être remise en cause, la startup elle est loin d’avoir dit son dernier mot. Et s’ils rachetaient Twitter ?

  13. Je suis d’accord avec ce qui est dit, en particulier avec Nico et Greg, Facebook et Twitter ne sont pas comparables, car trop différents dans leurs usages. quant à ta réponse Luc, « Les « caractéristiques d?emblée favorables à Twitter » sont pour moi celles sur lesquelles se fera l?usage du Web dès demain. » Je me retrouve ici, mais pour moi ça ne concerne qu’une minorité de personnes, et une majorité se complairont encore pour longtemps sur un réseau comme Facebook. Les gens qui likent des pages par centaines ou pire, qui jouent à des jeux comme farmville, ne sont pas du tout attirés par l’info immédiate de twitter, par le côté geek de l’usage ou par la prise de parole publique. Mais comme ils sont plus nombreux, je ne suis pas aussi pessimiste sur l’avenir de Facebook. Pour moi c’est un réseau à très fort potentiel, mais gâché par une politique de fermeture, et un usage « kikoololesque ». Je n’aime pas cet usage, j’ai fui ce réseau.
    Sinon c’est un article intéressant, j’attendais bcp de google en réponse à facebook, mais ils sont très décevants sur le côté social. J’espère qu’ils ponderont un truc bien un jour ou l’autre.

  14. Facebook et Twitter sont surtout 2 concepts bien différents, ce n’est pas une question d’être dépassé ou non.

    Les 2 réseaux ne s’adressent même pas au même public. Sur l’un c’est du 100% ludique et sur l’autre, il y a plus de diversité, de l’info, etc.

    La majorité des Twittos sont des internautes avertis un minimum alors que Facebook, c’est tout autre chose.

    Et personne ne peut vraiment dire de quoi sera fait l’avenir mais parti comme c’est Facebook est très très loin devant… Mais le net de demain à tout l’air d’avoir l’envie de s’orienter vers le tout-en-1 (rechercher, communiquer, jouer, acheter via une plate-forme unique) et pour ça, Facebook est plutôt bien positionner pour se lancer dedans.

  15. Je ne suis pas d’accord avec cet article. Car Twitter et Facebook sont totalement différents.
    Un like sur un article d’un blog par exemple comptabilise les commentaires les j’aime les partages.
    Quand au RT j’ai pu remarqué que certains followers sont des machines à RT, sans meme lire les articles.
    De plus tout dépend du sujet, si vous parlez de FB l’article sera plus partagé sur ce média que son concurrent.
    Chacun a ses avantages comme ses inconvénients.

  16. Facebook et Twitter sont 2 réseaux bien différents. Clairement, l’un ne remplacera pas l’autre… Facebook est le réseau actuel du partage perso et généraliste (on y partage texte, photo, video et liens). Avec plus de 700 millions de membres, il gardera son avance pendant très, très, très longtemps !
    Twitter, c’est autre chose, le partage rapide d’infos pour tout le monde (pour sa communauté de suiveurs et autres par les retweet).

    Conclusion, les deux réseaux n’ont pas la même utilité !

  17. En cours de comparaison de la pertinence et de l’efficacité de nos actions de relais via les blogueurs, YouTube, Facebook et Twitter… Ou comment transformer des vues en Like et des like d’attachement en dons sonnants et trébuchants pour la construction d’une école au Burkina Faso.
    Feed back à venir…

  18. Les deux n’ont pas la même utilité, mais je suis d’accord que la mobilité va permettre à Twitter de concurrencer Facebook de plus près. Toutefois, à choisir, ça sera un RT sur Twitter pour ma part ^^

  19. J’ai découvert ce billet via Facebook et je le partage via twitter.

    J’ai 2 niveaux (filtres) d’information. Des liens utiles, drôles, importe quoi sont publier sur twitter. Par la suit, je filtre ces tweets, les plus intéressants et pertinents se retrouve sur mon Facebook.

  20. Très « cute » la finale avec @Somoloco… Bref, que de questions et de réponses a venir… Une chose est sure, c’est que les 2 sont très différents l’un de l’autre. l’un plus « convivial »(FB) et l’autre (Twitter), plus direct, mais bcp plus riche en informations.

  21. « Les « caractéristiques d?emblée favorables à Twitter » sont pour moi celles sur lesquelles se fera l?usage du Web dès demain. »

    L’usage ? au singulier ? Grosse erreur de raisonnement, à mon sens, et c’est dommage, car l’article pourrait poser de bonnes questions si il ne se limitait pas a envisager les usages de toute la planète par le prisme de l’usage d’une partie (les technophiles).
    Ma grand-mère est sur Facebook, elle y voit des photos de son petit fils. C’est son usage. Un parmi des milliers possibles. Elle n’aura jamais besoin de Twitter, et elle ne sera pas la seule.

  22. Facebook permet aux utilisateurs de rentrer dans un monde conversationnel avec les marques, de dépasser le schéma de communication descendante classique qui fait foi maintenant depuis des lustres… Les consommateurs ne sont plus passifs et deviennent consoacteurs ! Facebook a permis de rééquilibrer le pouvoir entre les marques et les clients… et de tisser une relation enfin quali. Bref, de penser le client différemment. Enfin, les marques ont compris que le client n’était plus simplement celui qui passait à la caisse mais également celui qui partage les valeurs de la marque, qui diffuse de l’info… Facebook permet la conversation alors que Twitter permet l’information : c’est pour moi l’une des grandes différences. Notons que 71% des Tweet ne génère aucune réaction ! ça souligne bien que nous sommes dans un schéma de communication relativement passif pour cette plateforme de microblogging !

    Après je tiens à préciser que même si Facebook n’a pas été initialement prévu pour la diffusion d’info Média (comme Twitter), on peut souligner que le taux d’activité sur les pages de marque « Media » et les pages « People » est largement supérieure au taux d’activité des pages de marque !

    Et pour finir, je pense que l’avenir se joue avec les réseaux sociaux verticaux et donc affinitaires… To be continued !

  23. Intéressant mais pas d’accord. Les fanpages Facebook constituent un outil remarquable de communication par le simple fait qu’une notification postée sur la page est relayée directement sur le wall d’une partie des fans de la page. Je gère pour ma part plusieurs fanpages dont certaines dépassent les 200 000 fans, chaque poste redirige 1000 à 1500 clicks vers la page ciblée. Facebook est donc un outil de génération de trafic et de fidélisation. Pas besoin donc d’aller « visiter » la fanpage pour que l’utilisateur soit touché par votre communication. Par ailleurs, plus le nombre de fans est important, plus le phénomène de « viralisation » draîne et démultiplie les fans. Ce n’est pas forcément le cas dans Twitter.

    En revanche, d’accord sur la viralité sur Twitter. Chaque message a plus de portée et on partage plus volontiers sur Twitter. Enfin surtout on créé du relationnel avec des personnes avec lesquelles on ne serait jamais entré en contact.

  24. Bonjour à tous,

    Etant éditeur du Portail du Développement Commercial, les réseaux sociaux sont un phénomène assez récents et en constante révolution…

    Facebook ou Twitter… là n’est pas le débat !

    Quelles seront les technologies dans 5 ans ou 10 ans et surtout, quels seront nos usages respectifs selon les objectifs visés (commercial, news, communautaire…) ?

    Autant de raisons de suivre et de croire que les réseaux sociaux sont comme le web… en cours de construction tout simplement !

    Eric a tout à fait raison dans ses propos, le match n’est pas de savoir :

    - qui de Google ou du next moteur
    - qui de Facebook ou Twitter
    - qui de Chrome ou IE

    mais

    - qu’en ferons nous collectivement tant sur les usages et tant sur les technologies ?

    Bon vent, bon surf,

    Didier

Les commentaires sont fermés.