Comment construire une communauté : 10 conseils utiles

« Comment construire et animer une communauté en ligne ? »
Telle est la question qui m’est posée de façon récurrente depuis bientôt six mois par la plupart des entreprises pour lesquelles j’interviens.

Voici un résumé des conseils que je tente de leur transmettre lorsqu’elles m’en donne l’occasion. J’espère qu’il vous sera utile et que vous y ajouterez en commentaire vos propres conseils.

1. Objectif : Affichez l’objectif de la communauté

cibles-applatie-500
Photo Creative Commons Luc Legay

Comment mobiliser les membres et futurs membres sans un objectif clairement affiché et partagé par tous ?

L’adoption de votre objectif sera d’autant plus contagieux que vous arriverez à le transformer en cri de ralliement. Slogan, mantra ou dicton gravé dans le marbre, toutes les communautés à succès ont le leur. Aussi, fixez-vous un énoncé d’objectif simple qui pourra se résumer en une phrase courte. Puis affichez systématiquement cette promesse avec le nom de la communauté.

2. Motivation : Offrez un vrai motif de participation à vos membres

Image-2-abeille
Photo Creative Commons Peter Shanks

Quels avantages concrets un membre obtiendra-t-il en adhérant à votre communauté ?

Parfois, afficher sa propre présence aux côtés d’autres membres, plus prestigieux ou simplement reconnus, suffit à motiver une adhésion. Mais aussi : retrouver ses pairs, recevoir des invitations personnelles pour participer à des événements. Afficher le badge de la communauté sur son profil ou sur son blog. Porter un tee-shirt aux couleurs du groupe. Partager ses idées ou poser des questions. Parler au nom de la communauté. Obtenir des réductions sur vos produits ou services. Les motivations sont aussi diverses et variées que les communautés elles-mêmes.

3. Animation : Le community manager doit servir l’intérêt de la communauté et non l’inverse

Image-3-arbitre
Photo Creative Commons : CottonIJoe

Le rôle du community manager est celui de guide, de référent, d’arbitre ou de facilitateur.

La communauté ne doit pas servir de faire valoir au gestionnaire de la communauté, ni servir ses propres intérêts. Si tel était le cas, changez de community manager au plus vite. Ce sont toujours les contenus produits par la communauté que l’animateur devra valoriser et non les siens.

4. Ambassadeurs : Donnez à vos membres les moyens de devenir réellement vos ambassadeurs

Image-4-badge
Photo : Foursquare

Proposez à vos membres un kit de recrutement de nouveaux membres.

Donnez-leur accès aux outils qui leur permettront de transmettre vos messages et de motiver à leur tour de nouveaux membres : méthodologie, badges, tee-shirts, wiki, FàQ, règles de fonctionnement, etc.

  • Exemple : La communauté Barcamp.

5. Identité : Soignez la présentation du profil des membres

Image-profils
Photo Creative Commons Wackystuff – Jeffrey Errick

La communauté est le lieu de la connaissance des autres avant de pouvoir devenir éventuellement celui de la reconnaissance.

Ne rendez aucun champ de profil obligatoire à l’inscription mais donnez plus de visibilité à ceux qui ont un profil complet. Simplifiez et automatisez si possible l’ajout des contacts dans le profil à partir d’un carnet d’adresse existant (via des API Google, Twitter, Facebook…). Reliez toujours vers le profil de leurs auteurs les commentaires, les notations et les contenus produits par ces derniers.

  • Exemple : les profils de TechToc TV (le profil s’affiche au survol de la souris)

6. Activité : Ayez de quoi occuper les membres de la communauté et sachez valorisez les plus actifs

Image-6-activite-vumetre
Photo Creative Commons : Pascal Perriot

La reconnaissance de l’individu par le groupe est la principale motivation de participation à une communauté.

Aussi, donnez-leur l’occasion d’être actifs en leur permettant par exemple d’ajouter des favoris, de noter des articles, de republier facilement leurs liens préférés. Puis mettez en avant les membres les plus actifs de votre communauté. En prévoyant par exemple d’afficher sur le profil de l’utilisateur : nombre de productions, nombre de commentaires, membre depuis, nombre de contacts, nombre de vues du profil… Affichez régulièrement à la une du site : les membres les plus actifs, les plus commentés, les plus productifs, etc.

7. Feedback : Ecoutez, écoutez et écoutez encore votre communauté

Image-7-singes
Photo Creative Commons : Anderson Mancini

Certains membres de votre communauté en savent plus que vous sur le sujet.

Et quelques-uns connaissent mieux que vous les besoins des autres membres. Alors écoutez-les encore et encore avant de passer à l’action. Votre plate-forme doit afficher au moins un dispositif de feedback (retour) qui permettra aux membres de proposer leurs avis, souhaits, idées, ou expérience de bugs… tout en ayant accès aux feedbacks déjà soumis. Un des rôles les plus stratégiques du community manager est de communiquer aux membres toutes les actions engagées à la suite des souhaits exprimés par la communauté.

8. Règles : Affichez les règles de fonctionnement de la communauté

image-8-regles
Photo Creative Commons : Sean Dreilinger

Charte éditoriale, charte éthique et déontologique, règles de bonne conduite, conditions d’adhésion au groupe, conditions d’utilisation des données personnelles, conditions d’utilisation des contenus produits par les membres…

Autant de règles qui doivent être précisées et rendues accessibles. Attention ! si vous souhaitez que les règles de la communauté soient lues, ne faites pas rédiger ces pages par un service juridique. Ces règles doivent-être courtes, simples et sans ambiguïté. Quelques points doivent suffire.

Le détail des règles peut être proposé en lien dans d’autres pages. Si les membres de la communauté ne sont pas capables d’énoncer de mémoire ces règles aux futurs membres, c’est qu’elles sont certainement trop complexes pour être applicables. C’est aussi au Community manager de rappeler en permanence les règles de la communauté aux participants.

9. Vraie vie : Favorisez les connexions dans la vraie vie

Image-9-vraie-vie
Photo Creative Commons : Jeremy Blanchard

Une communauté vivante est une communauté qui partage des moments dans la vie réelle.

Proposez régulièrement à vos membres des moments de rencontres physiques qui favoriseront la cohésion du groupe. Incitez aussi vos membres à prendre des initiatives et à organiser eux-mêmes des rencontres avec d’autres membres en mettant à leur disposition les outils nécessaires (agenda partagé, page « créer un événement », etc.).

10. Croissance : Commencez petit mais prévoyez grand

Image-9-champignons
Photo Creative Commons : Brian Auer

Votre petite communauté est promise au développement si son modèle est reproductible à l’identique dans une grande communauté.

Une communauté fonctionne comme un organisme vivant. Si la croissance de la communauté nécessite des ressources (en temps, en coût, en énergie…) qui croissent plus vite que la communauté elle-même, alors le modèle est condamné. C’est pourquoi votre modèle de fonctionnement doit intégrer, dès sa conception, son modèle de développement.

  • Exemple : En passant de 40 contributeurs en 2001 à 700 000 en 2009, le modèle de fonctionnement de Wikipedia est un modèle extensible.

A lire aussi :

Remerciements : François Duport (Formavia) pour ses suggestions éclairées.

22 réflexions au sujet de « Comment construire une communauté : 10 conseils utiles »

  1. En lisant le titre sur mon fil Facebook, je me suis précipitée et je n’ai pas été déçue. C’est excellent comme conseils pour prendre une place dynamique et pertinente sur le web. Et les images que tu as ajoutées sont amusantes. Merci. Cet article est maintenant dans mes favoris.

  2. J’adore ! Complet et concis en même temps.
    Une petite question tout de même : lorsque tu dis (en point 5) qu’il faut permettre aux membres d’ajouter des contacts à partir de leur carnet d’adresse. Qu’entends-tu par là ? Envoyer des invitations à tout son carnet d’adresse ? Ou un module de recherche qui permette de vérifier quelles sont les connaissances déjà présentes dans la communauté en question ?

  3. @Marine : il s’agit en effet plutôt de faciliter l’import de ses contacts pour savoir qui est déjà inscrit parmi nos propres connaissances. Le système des invitations est plutôt un dispositif viral, certainement très utile dans une communauté publique, mais moins pertinent dans le cadre d’une communauté interne à une entreprise.

  4. Bon retour d’expérience. Mais j’ai pas compris la relation entre scalable et invariance d’échelle.
    Scalable dans la théorie des systèmes d’information c’est quelque chose qui s’adapte, évolutif et extensible.
    Invariance d’échelle est un ensemble organisé autour de supernoeuds (twitter, facebook) et de petites n?uds (petits blogs), c’est une théorie de l’organisation des systèmes entre eux.

  5. Merci Mammouth pour ton commentaire. En effet, la comparaison avec l’invariance d’échelle a ses limites. Il s’agit simplement d’illustrer l’idée que lorsque des règles qui fonctionnent pour une petite communauté (donc à petite échelle), sont reproductibles à l’identique dans une grande communauté, le modèle est invariant d’échelle. Mais la comparaison s’arrête là bien-sûr !

  6. Un super article que je viens de conseiller à tous les créateurs de réseaux et de S.E.L. (Systèmes d’echanges Locaux)
    A mettre en application de suite…!!!

    Merci à votre réseau…

    Pour le Collectif Transversel.

    Daniel D.

  7. Milles merci pr ces conseils, j’ai passé des heures à rechercher des articles en anglais sur le sujet mais votre article est de loin le meilleur, c’est clair, right to the point et super bien illustré. Votre article est placé ds mes favoris et je compte appliquer à la lettre chacun de vos conseils.
    Merci encore!
    Selma

Les commentaires sont fermés.