Techniques et bonnes pratiques pour écrire pour le web

Ecrire pour le Web en 2010

Voir toutes les présentations de Legay Luc sur SlideShare.

On n’écrit pas pour le web comme on écrit pour la presse.
Même si les techniques journalistiques de la presse restent encore très souvent utilisables.

Après quelques centaines de formations consacrées aux bonnes pratiques de l’écriture web, et de nombreuses compilations de sources, largement pompées à des confrères formateurs, il m’a semblé indispensable de proposer ici un résumé des bonnes pratiques d’écriture pour le web.

L’écriture web n’est pas encore une science exacte.

Aussi, à vous d’y ajouter votre propre expérience et d’enrichir cette présentation construite avec l’aide et les conseils bienveillants de professionnels passionnés par leur métier.

13 réflexions au sujet de « Techniques et bonnes pratiques pour écrire pour le web »

  1. Ce document est une belle mine d’or que je vais conseiller à mes clients. Même s’ils sont conscients du fait que l’écriture sur le web est différente de celle sur le papier, bien souvent, ils ne savent pas comment s’y prendre. Je leur donne quelques conseils (acquis via Xavier de Mazenod) mais je rappelle toujours qu’écrire sur le web est un métier, le tien Luc, mais pas le mien. Moi je n’écris que l’envers du décor 😉

    A ceux qui lisent ce slide, je pense que vous voilà rassuré sur les compétences de Luc et vous ne devriez plus hésiter à lui réclamer une formation.

  2. Bravo Luc,

    Beau travail. En revanche, il y a un point d’amélioration : l’orthographe. Cela compte aussi.
    Mais bon je pinaille 🙂

  3. Beau travail de synthèse, percutant et superbement designé. Chapeau bas, Luc !

    J’assure une formation sur le même thème cette semaine pour le compte de la Cegos. Je recommanderai à mes stagiaires de récapituler leurs connaissances en visionnant ta présentation.

    Merci de partager ainsi ton expérience.

  4. Ping : Anonyme
  5. Fabrice : tu as totalement raison !
    L’orthographe, c’est si évident que j’ai oublié de le mentionner.
    Cela fait pourtant partie de la crédibilité du message délivré.
    Un slide à ajouter d’urgence 😉

  6. Je suis (modestement) fier de notre collaboration. Nous avons décidément du chemin à parcourir ensemble, et avec d’autres, pour explorer et enrichir encore ce domaine.

    Et bravo de partager tout ce savoir; d’autant que pour donner la main s’ouvre de la même façon que… pour recevoir (on ne le répétera jamais assez à l’heure où tant de personnes cherchent d’abord à verrouiller).

  7. Merci pour cette copieuse et riche présentation! Mais le contenu dit l’inverse du constat de départ: les conseils pour bien rédiger pour le Web sont presque les mêmes pour le papier.
    Peut-être parce que communiquer par les mots obéit aux mêmes techniques d’écriture, que l’on rédige sur du papier, sur un blog ou sur Twitter.
    La différence viendrait plutôt de que vous écrivez. Par exemple, la poésie ou la littérature se donnent des contraintes différentes que la brève ou le reportage. Qu’en pensez-vous?

  8. @Christophe Cachera : Ta remarque est très juste : « les conseils pour bien rédiger pour le Web sont presque les mêmes pour le papier ».
    Cette proposition est souvent évoquée entre les professionnels de l’écriture Web.
    Car finalement existe-t-il réellement une technique spécifique ?
    Les règles de l’écrit s’appliquent bien, en effet, à l’écrit Web.
    On pourrait présenter les choses différemment en considérant l’écrit Web comme un genre littéraire ou journalistique.
    Tous les genres littéraires on des règles en commun (notamment l’orthographe), mais chacun a ses spécificités.
    L’hypertexte, le découpage, la concision font partie de ces spécificités du genre Web, même si certaines de ces particularités peuvent aussi faire partie d’autres genres littéraires ou journalistiques.

  9. Excellent. on se rend compte que beaucoup de ces règles sont communes à l’écrit sur support papier classique certes mais pas mal de novices ne passent plus par là…

Les commentaires sont fermés.